« Arrêtez ! Où vivrons-nous ? » une jeune palestinienne pleure de désespoir devant les Israéliens détruisant sa maison au bulldozer

Une vidéo a émergé d’une jeune Palestinienne au visage en larmes criant « où vivrons-nous ? » alors que la maison de sa famille était rasée au bulldozer sous ses yeux dans le sud de la ville occupée de Jérusalem al-Quds. Une scène trop familière aux Palestiniens, dont les maisons ont été détruites au bulldozer par le régime israélien ces dernières années.

 

Avec une nouvelle occupation à l’esprit, le régime israélien a jeté son dévolu sur plus de 200 maisons palestiniennes, planifiant leur démolition imminente. Selon le groupe israélien de défense des droits humains BT’Selem, cette année seulement, Israël a démoli 58 maisons et bâtiments à East al-Quds entre le 1er janvier et le 8 juillet, faisant de 163 Palestiniens des sans-abri, dont 84 mineurs.

Depuis le 8 juillet, le nombre n’a fait qu’augmenter, sept maisons ayant été détruites cette semaine à East al-Quds.

Aujourd’hui encore, dans le quartier palestinien de Silwan, trois maisons appartenant à la famille al-Tahan ont été rasées par les forces israéliennes, laissant une vingtaine de personnes sans abri.

Parmi tous ces incidents – bien que les histoires de chagrin d’amour des résidents déplacés soient presque similaires – l’histoire de cette jeune fille a touché des gens partout dans le monde. Dans la vidéo, devenue virale depuis, on voit la jeune fille et son frère pleurer et implorer que la démolition s’arrête.

L’incident a eu lieu hier soir dans le sud d’al-Qods alors que le père des enfants, présenté dans la vidéo, Ibrahim Abu Saba a été contraint de payer pour la démolition de sa propre maison. Ibrahim a déclaré dans une interview avec le groupe de presse al-Qods ‘Al-Qastal’ qu’il avait été soudainement ordonné par la municipalité locale de payer 150 000 shekels (37 155 euros) parce que sa maison avait été construite dans une «zone non organisée».

La maison de trois étages, construite en 2001, n’a au départ jamais été considérée par le propriétaire comme menacée car la plupart des maisons palestiniennes construites à al-Quds sont construites sans permis. La raison en est que les autorités israéliennes rendraient pratiquement impossible pour les Palestiniens vivant dans la ville d’obtenir des permis, même après les avoir payés. Les Palestiniens sont donc forcés de vivre dans la rue, de fuir le pays ou de construire sans permis.

Ibrahim a déclaré qu’il avait payé à un avocat, Sami al-Sheikh, afin de faire appel de la décision israélienne de reconnaître sa maison comme illégale. Il a déclaré que l’avocat avait tenté à quatre reprises de faire appel de la décision, qui ont toutes été immédiatement rejetées.

Ibrahim a ensuite déclaré: «J’ai été choqué quand ils m’ont informé hier que ma maison devait être démolie dans un délai d’un jour… J’ai essayé de plaider pendant quelques semaines, mais ils ont rejeté mes tentatives. »

En fin de compte, Ibrahim s’est vu remettre une autre décision de payer les bulldozers, qu’il devait organiser lui-même, détruire sa maison ou permettre aux bulldozers du régime israélien de le faire par la force.

Il a décidé de le faire lui-même car il a été informé que si les autorités israéliennes devaient détruire sa maison, il devrait les payer jusqu’à 250 000 shekels (61 000 euros).

Sa maison a maintenant été réduite en décombres et ses enfants ont pleuré sur les décombres. C’est particulièrement difficile à accepter pour ses enfants, ayant passé toute leur vie à grandir dans l’ancienne résidence.

Au-delà d’Al-Qods, Israël poursuit sa campagne de déplacement, en particulier ailleurs en Cisjordanie occupée et dans le désert du Néguev, où des centaines de maisons et de structures ont été détruites cette année seulement. Des démolitions de maisons ont eu lieu à Djénine (nord de la Cisjordanie) hier et à Susiya (sud de la Cisjordanie) aujourd’hui.

L’année dernière, plus de 2 200 maisons et structures ont été démolies dans le Néguev, dans ce qui a été considéré comme le «nettoyage ethnique des Palestiniens» de la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici