« Détends-toi ou je t'étouffe » - un policier menace Hassan Ahmed lors d'une arrestation musclée

Royaume-Uni – Hassan Ahmed, 27 ans, affirme qu’il ne pouvait pas respirer et qu’il était sur le point de s’évanouir alors qu’il était retenu par un policier lors de son arrestation à Spring Hall Gardens à Halifax le dimanche 16 août.

 

Des cris de «détends-toi ou je t’étoufferai» et «détends-toi ou tu vas dormir» peuvent être entendus pendant la séquence vidéo qui a été largement partagée sur les réseaux sociaux.

Hassan Ahmed a déclaré à YorkshireLive: « Oui, c’est moi dans la vidéo en train de me battre.

« J’étais étouffé. Je pensais que j’allais mourir. Je disais (à la police) que je ne peux pas respirer. J’ai dit ‘j’ai arrêté, j’ai arrêté.’

« J’agitais les mains et disais » je ne peux pas respirer « et je tapotais. J’avais les mains en l’air. »

Hassan Ahmed, qui est d’Halifax, a affirmé qu’il n’avait pas riposté ni montré de résistance.

« Je n’ai utilisé aucune force – rien. Je ne peux pas la regarder [la vidéo]. »

Il a ajouté: « Je n’ai pas résisté. Je ne suis pas ce genre de personne. Je respecte les agents de la loi. Je suis un citoyen respectueux des lois. »

Hassan Ahmed a affirmé que l’officier l’avait mis dans un étranglement.

Il a dit qu’il envisageait de se joindre à une manifestation planifiée contre l’incident aujourd’hui devant le poste de police d’Halifax.

La police du West Yorkshire a confirmé que l’un de ses agents avait été suspendu en raison de la vidéo et qu’une enquête sur l’inconduite était en cours.

L’arrestation de Hassan Ahmed était liée à des agressions et il a maintenant été libéré sous enquête.

Plus tôt cette semaine, Osman Khan, gendarme en chef adjoint temporaire, a déclaré: «Nous sommes au courant d’une vidéo en circulation montrant l’arrestation d’un homme à Spring Hall Gardens, à Halifax, le dimanche 16 août, relativement à des infractions de voies de fait.

« Nous avons immédiatement revu les images et les avons examinées de toute urgence pour établir toutes les circonstances.

«Nous avons passé en revue les actions des officiers impliqués et un renvoi a été fait à la Direction des normes professionnelles de la Gendarmerie.

«Notre enquête se poursuit et nous avons fait une saisine volontaire du Bureau indépendant de la conduite de la police (FIPOL).

« L’officier impliqué a été démis de ses fonctions opérationnelles de première ligne. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici