Le père de Jacob Blake, victime de 7 balles d'un policier, récite le Coran pour son fils - VIDEO

L’incident suite à l’arrestation de Jacob Blake a déclenché une vague de manifestations aux États-Unis contre la brutalité policière visant les Noirs américains.

 

Le père de Jacob Blake, un Noir américain non armé qui a été abattu sept fois par des policiers américains, a lu la sourate Al-Fatiha, le premier chapitre du Coran, sur son fils.

Le père a lu le chapitre du Coran après avoir annoncé que Jacob Blake était paralysé de la taille vers le bas en raison de la fusillade de la police. Il en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse le mardi 25 août, deux jours après le tournage.

La sourate Al-Fatiha est l’un des chapitres les plus importants du Coran. Sa récitation est obligatoire dans les prières. Les musulmans le récitent aussi souvent lors de cérémonies heureuses et tristes, telles que les mariages et les funérailles.

«Ma famille est très diversifiée et nous ne représentons pas qu’une seule chose», a déclaré le père de Jacob Blake juste avant de réciter le Coran, faisant apparemment un clin d’œil à l’idée fausse répandue d’une communauté noire américaine monolithique.

Un jour après la fusillade, quatre organisations musulmanes, dont les Muslim Advocates à Washington et le American Albanian Islamic Center of Wisconsin, ont publié une déclaration commune dénonçant l’incident.

«Encore une fois, des policiers ont commis une violence horrible et exaspérante contre une personne noire. Nos pensées vont à Jacob Blake, qui, nous l’espérons, survivra à cette fusillade », indique le communiqué.

La fusillade

La fusillade a eu lieu le dimanche 23 août, lorsque la police a répondu à un appel au 911 concernant un conflit domestique à Kenosha, dans le Wisconsin.

Selon des témoins cités par les médias internationaux, Jacob Blake a garé sa voiture près de certaines femmes qui se criaient dessus sur le trottoir. L’avocat de Blake, Benjamin Crump, a déclaré que la victime «tentait de désamorcer une bagarre entre deux autres personnes lorsque des agents sont arrivés sur les lieux».

Après l’arrivée des flics, Blake a tenté de monter dans son véhicule garé pour vérifier si ses trois fils étaient assis sur la banquette arrière.

Une vidéo documentant l’incident a montré des policiers tentant de maîtriser Blake alors qu’il montait dans sa voiture. L’un des policiers a tenté de l’attraper puis, lorsque Blake s’est penché dans sa voiture, l’officier a sorti son arme et a tiré au moins sept coups de feu dans le dos de Blake. Selon l’avocat, quatre des sept balles ont touché Blake.

La personne qui a enregistré la vidéo a déclaré aux médias avoir entendu la police crier «Lâchez le couteau». Cependant, il a affirmé qu’il «n’avait vu aucune arme entre les mains de [Blake] et qu’il n’était pas violent».

Manifestations en cours

La fusillade a déclenché une vague de protestations dans la ville de Kenosha, provoquant parfois des affrontements entre manifestants et policiers.

Les manifestants ont exprimé leur colère face aux brutalités policières récurrentes devant le palais de justice de Kenosha.

Plusieurs photos et vidéos partagées par les médias internationaux ont documenté l’escalade des manifestations, menant à la violence et à la destruction.

La troisième nuit des manifestations, entre le 25 et le 26 août, le shérif du comté de Kenosha, David Beth, a annoncé deux morts et une blessure «non mortelle» parmi les manifestants, a rapporté CNN.

Le shérif soupçonne que les victimes sont survenues lors d’une fusillade entre des manifestants et des hommes armés qui protégeaient des entreprises, la même nuit, des policiers anti-émeute lourdement armés ont tiré des gaz lacrymogènes sur une foule de manifestants.

Kenosha est actuellement en état d’urgence. La Garde nationale américaine a déployé 250 soldats dans le comté pour contenir les actes de violence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici