Halima Aden quitte définitivement le mannequinat pour préserver sa foi

Halima Aden, mannequin américano-somalienne portant le hijab, dit qu’elle prend une pause dans ce qu’elle décrit comme le «désordre toxique appelé mode» après avoir révélé qu’elle se sentait poussée au mur pour compromettre sa religion.

Dans une série de publications sur Instagram mercredi, Aden, qui est entrée dans l’histoire en 2016 lorsqu’elle est devenue la première femme à porter un hijab et un burkini au concours Miss Minnesota USA, a déclaré que la pandémie COVID-19 et la rupture de mode au cours de cette période ont fait elle réalise où elle «s’est trompée» dans son «voyage personnel avec le hijab».

La jeune femme de 23 ans a cité plusieurs cas où elle a mis sa religion en jeu pour faire son travail, y compris des prières manquantes, ne pas porter correctement le hijab ou le faire remplacer par autre chose, et porter des vêtements dans lesquels elle ne se sent pas à l’aise.

«Ils pourraient m’appeler demain et même pour 10 millions de dollars, je ne risquerais plus jamais de compromettre mon hijab», a-t-elle partagé dans l’un de ses messages, selon CNN. Elle a également déclaré qu’elle ne figurerait plus jamais dans les défilés ni ne voyagerait pendant les mois de la mode, affirmant que «c’est de là que vient toute la mauvaise énergie».

Bien qu’Aden ait enregistré plusieurs succès dans sa carrière, elle a déclaré que les projecteurs l’avaient fait détourner de ses valeurs religieuses.

«Ma mère m’a demandé d’arrêter le mannequinat il y a longtemps», a-t-elle écrit. «J’aurais aimé ne pas être aussi sur la défensive car sais la seule personne qui avait les intentions les plus pures pour moi. »

Dans ses publications ultérieures, Aden a montré des séances photo avec des styles qu’elle n’aurait pas dû accepter de porter, l’un d’entre eux étant une campagne pour American Eagle où une paire de jeans a été mise sur sa tête. La campagne consistait à lancer le premier hijab en denim de la ligne de vêtements.

«Mais… ce n’est même pas mon style ?? Jamais », dit-elle. «Pourquoi leur ai-je permis de mettre des jeans sur ma tête alors qu’à l’époque je n’avais jamais porté que des jupes et des robes longues?» Avant ce post, Aden a admis: « J’étais tellement désespéré à l’époque pour toute ‘représentation’ que j’ai perdu le contact avec qui j’étais. »

Aden a également partagé une autre photo d’une campagne qu’elle a faite pour le magazine Glamour en 2017 où elle avait des plumes autour du cou et portait une écharpe sous son hijab, a rapporté CNN.

«Je suis retourné dans ma chambre d’hôtel et j’ai pleuré après ce tournage parce qu’au fond je savais que ce n’était pas ça. Mais j’avais trop peur pour parler », a-t-elle posté. «Également une lutte très courante lorsque vous êtes le PREMIER à faire quelque chose.»

Modèle de nombreuses premières, Aden est entrée dans l’histoire en 2019 lorsqu’elle est devenue la première mannequin musulmane à porter un hijab et un burkini pour le numéro de maillot de bain de Sports Illustrated. Elle a également fait la couverture du British Vogue en mai 2018, faisant d’elle la première mannequin portant le hijab dans les 104 ans d’histoire du magazine. Elle a également été l’une des trois mannequins à figurer sur la toute première couverture de hijabi de groupe de Vogue Arabia.

Malgré les revers, Aden a montré des photos de campagnes – y compris celles de Vogue Arabia – qui, selon elle, ne compromettaient pas sa religion et avec lesquelles elle était totalement à l’aise, ajoutant que toute campagne dans laquelle elle serait à l’avenir le serait à ses conditions.

«Si mon hijab ne peut pas être aussi visible, je ne me présente pas», a-t-elle publié à côté d’une photo. «Et ne jamais sauter mon temps de prière ! La mode peut attendre. »

Les publications d’Aden ont reçu des tonnes de soutien de la part de ses collègues et d’autres célébrités, dont Rihanna et Naomi Campbell.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici