Le mannequin Rawdah Mohamed raconte son parcours d’un camp de réfugiés aux podiums

Lorsque Rawdah Mohamed a vécu dans un camp d’asile après son arrivée en Norvège en tant que réfugiée, elle a été taquinée à l’école pour avoir porté un hijab.

Aujourd’hui, la mannequin de 29 ans s’inspire avec confiance de son héritage somalien pour son rôle de rédactrice de mode dans le Vogue Scandinavia récemment lancé.

Non seulement Mohamed est la première rédactrice en chef de couleur portant le hijab dans un magazine de mode occidental, mais son parcours vers son travail de rêve a été extraordinaire, plein d’adversité.

La famille de la mannequin somalienne-norvégienne a fui la guerre civile en Somalie pour le Kenya quand elle était bébé. Avec ses parents et ses neuf frères et sœurs, dont une sœur adoptive, elle a grandi dans un camp de réfugiés au Kenya avant de déménager en Norvège à l’âge de huit ans.

« Nous sommes venus en Norvège et pendant deux ans nous avons vécu dans un camp d’asile, qui se trouvait dans une toute petite ville. C’était très dur parce que les gens là-bas étaient extrêmement racistes. Ils ne voulaient pas de réfugiés là-bas parce qu’ils pensaient que nous étions dangereux et que nous étions là pour prendre leur travail », a déclaré Mohamed à Arab News.

À l’école pendant les deux années que Rawdah Mohamed a passées au camp d’asile avec sa famille, elle a été harcelée parce qu’elle portait son hijab et les autres enfants l’enlevaient en classe.

En conséquence, ses professeurs ont décidé de ne pas autoriser Rawdah Mohamed à porter le hijab à l’école, ce qui l’a laissée « traumatisée et bouleversée ».

« Quand nous étions en route pour la Norvège, ma mère n’arrêtait pas de dire que le pays serait sûr, qu’il n’y avait pas de guerre là-bas et que nous pouvions faire ce que nous voulions parce que nous étions libres », a-t-elle déclaré.

Le modèle a dit qu’elle se sentait comme si tout le monde était libre sauf elle-même à l’endroit où elle avait espéré profiter de la liberté.

« Quand ils t’apprennent qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez toi, que tu es le problème et que tu dois changer, je n’ai pas aimé ça. Je ne suis pas sorti de chez moi et je suis venu jusqu’ici pour qu’ils me disent que je n’ai toujours pas ma liberté », explique Mohamed.

« Alors j’ai continué à porter le hijab juste pour m’imposer. »

Mohamed a déclaré que la vie s’est améliorée à l’âge de 10 ans après que sa famille a quitté le camp et a obtenu le droit de rester en Norvège.

« Quand nous avons déménagé, c’est à ce moment-là que ma véritable enfance a commencé parce que nous étions en sécurité et avions une adresse permanente, un endroit permanent que nous pouvions appeler chez nous. Je n’avais pas eu ça depuis ma naissance. Ma mère était très heureuse parce que tous ses enfants étaient en sécurité et nous avions de la nourriture et tout ce dont nous avions besoin », a-t-elle déclaré.

Bien qu’elle n’ait pas vécu longtemps en Somalie, Rawdah Mohamed a déclaré que son amour pour la mode venait de son origine somalienne.

 « Nous sommes si colorés dans la façon dont nous nous habillons », a-t-elle déclaré.

Le mannequin a déclaré qu’elle adorait regarder les femmes du camp de réfugiés au Kenya où elle a passé sa petite enfance à se préparer pour un mariage et à accompagner sa mère au marché pour « voir ce que tout le monde portait ».

« Au camp de réfugiés, j’étais l’un des rares enfants à avoir été autorisé à assister aux mariages simplement parce que j’aimais ce qu’ils faisaient. Je m’asseyais dans la rue et regardais les dames passer », a-t-elle déclaré.

Le vendredi, les adolescentes suivaient des cours de religion où elles apprenaient le Coran et les études islamiques. Les filles s’habillaient pour les cours et, plus jeune, elle observait leur style avec envie. L’attrait de leurs hijabs est ce qui l’a finalement inspirée à en porter un elle-même.

« Dans le camp de réfugiés au Kenya, seules les adolescentes portaient le hijab. J’ai adoré copier ce qu’ils portaient et comment ils parlaient et marchaient. Ils mettaient des accessoires sur leur hijab et c’était très élégant. Je voulais vraiment leur ressembler », a-t-elle déclaré.

Mohamed a décrit à quel point la confection de vêtements traditionnels de l’Aïd dans le camp de réfugiés était « spéciale ». C’était la seule occasion pour laquelle ses parents pouvaient se permettre de lui acheter de nouveaux vêtements.

« Vous achetiez du tissu, l’apportiez à un tailleur qui a toujours été un homme et lui disiez exactement comment vous vouliez la robe afin qu’il puisse la confectionner pour vous. C’était tellement spécial pour moi », a déclaré le mannequin.

Mohamed a déclaré qu’elle « est tombée en quelque sorte dans le mannequinat » après qu’un ami commun l’a mise en contact avec son manager alors qu’elle étudiait à l’université pour obtenir un diplôme en analyse comportementale et en soins de santé.

« Je suis allée à un défilé de mode à Oslo fin 2018 où j’ai rencontré mon manager. Il m’a parlé de ce qu’ils faisaient et je suis allé à son bureau pour une réunion et j’ai dit que je n’étais pas sûr de vouloir être mannequin mais que je voulais travailler dans la mode », a déclaré Rawdah Mohamed.

Cependant, après avoir fait quelques shootings qui lui plaisaient, Mohamed a décidé de devenir mannequin en 2019.

Au début de sa carrière de mannequin, Mohamed jonglait avec le travail avec des personnes autistes et des personnes ayant différents handicaps mentaux.

Elle continue de faire du bénévolat dans les soins de santé mentale à ce jour et a travaillé avec des patients dans des hôpitaux débordés pendant la pandémie de COVID-19.

Elle a décrit son choc devant la façon dont le hijab est perçu différemment dans le monde de la mode par rapport aux professions de soins de santé.

« C’est presque bizarre, parfois vous ne pouvez même pas croire les discussions que les gens ont. C’est simplement un morceau de tissu sur ma tête », a déclaré Mohamed.

« Vous vous attendez en quelque sorte à ce que chaque adulte soit suffisamment intelligent pour comprendre que c’est un choix religieux et c’est tout, il n’y a plus rien à discuter. Quand vous entrez dans la mode, vous voyez que l’état d’esprit est bien à l’envers, c’est comme être dans un camp d’asile où vous devez défendre vos droits et votre apparence », a-t-elle déclaré.

En revanche, « Quand vous êtes infirmière, vous recevez un hijab dans le cadre de l’uniforme et personne ne le remet vraiment en question. Tout le monde y est tellement habitué et ce n’est jamais un problème », a ajouté Mohamed.

Elle a décrit son indignation initiale et sa surprise face à certains clients qui lui ont demandé combien de cheveux elle pouvait montrer et/ou si elle pouvait montrer son cou.

« Au début, j’ai été très choquée par l’attitude des gens envers les choses qui sont différentes ou auxquelles ils ne sont pas habitués », a-t-elle déclaré.

«Il y a eu des situations où je suis entrée et ils savent que je ne peux pas montrer mes cheveux ou quoi que ce soit, alors ils demanderont un rendez-vous avant cela et essaieront de me persuader de montrer un peu de cheveux. Ou ils demanderaient combien de cheveux je suis prêt à montrer parce qu’ils aimeraient en voir un tout petit peu. Je trouve ça scandaleux », a-t-elle ajouté.

Cependant, Rawdah Mohamed a déclaré que les clients qui la réservent sont ouverts d’esprit envers le hijab et « c’est pourquoi ils me réservent ».

« Les gens avec qui je travaille en valent la peine et vous pouvez les éduquer. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des personnes que je rencontre et avec qui je travaille sont différentes. Je ne travaille pas avec les clients qui ne me comprennent pas », a-t-elle expliqué.

Rawdah Mohamed a déclaré que bien que les mannequins portant le hijab aient parfois besoin d’apporter leurs propres hijabs aux tournages et de montrer au styliste comment les mettre, ce qui est un stress supplémentaire pour le travail, elle considère qu’il est de sa responsabilité d’éduquer le monde de la mode sur le hijab. et ce que cela implique.

«En tant que première génération de modèles hijabi, c’est notre travail. Si nous ne le faisons pas correctement, alors l’industrie de la mode aura le contrôle pour faire ce qu’elle veut, vous allez donc voir des modèles dits hijabi mais leur hijab n’est pas comme le modèle ou la communauté musulmane le voit.

«Nous avons donc la responsabilité d’éduquer l’industrie de la mode sur le fonctionnement de nos communautés, ce que nous nous considérons et comment nous interprétons le hijab.

« Donc, quand je suis sur un tournage et que je dois expliquer à un styliste ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, cela ne me dérange pas de le faire. Parfois, j’y vais la veille pour discuter de choses et cela ne me dérange pas parce que c’est quelque chose que j’apprécie », a-t-elle déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici