Princess Erika victime de racisme dans le train s’insurge sur les réseaux sociaux3

Princess Erika a en effet été victime de racisme, dans les transports. « Je viens de croiser un c***ard d’usager qui pense que les noirs n’ont pas les moyens de voyager en première classe ! Il m’envoie en seconde classe croyant que je me suis trompée de wagon… Archaïque ! », s’insurge-t-elle. 

 

Un tweet qui fait bien évidemment écho aux polémiques liées au racisme et à l’esclavage dont des livreurs d’un célèbre service de livraison de plats cuisinés ont été victimes. Dès la publication du tweet de Princess Erika, les internautes se sont eux aussi insurgés : « Écœurant mais malheureusement classique… Toutes mes pensées sis’ », « Alors en fait, il y a un mot pour ça, ce n’est pas racisme, c’est classisme. Faire une distinction entre les personnes sur la base de leur origine sociale. 

Scandale Brasco

Cette scène fait écho à l’agression d’un livreur noir à Cergy, le mois dernier. Dimanche 30 mai dans la soirée à Cergy, dans le Val d’Oise, un homme a été filmé en train de proférer des insultes racistes devant le restaurant Brasco. Juste avant, il aurait agressé un homme noir. L’affaire a rapidement pris une grande ampleur sur Twitter et l’établissement a été contraint de réagir.

Dans le Val d’Oise, un homme a été filmé en train de proférer des insultes racistes. Juste avant, il aurait aussi agressé un livreur noir qui venait récupérer une commande. La scène s’est déroulée ce dimanche soir devant le restaurant Brasco de Cergy, rapporte Voltage.

Dans la vidéo, on peut voir des taches de sang sur le sol. On entend aussi l’individu proférer des insultes racistes, en référence à l’esclavage. Il déclare notamment « espèce de négresse, espèce de sale noire (…), pendant 800 ans on vous a vendu comme du bétail » et insulte au passage la femme qui filme de « sale p**** »

Criblé de critiques sur les réseaux sociaux et dans les avis Google, le restaurant a rapidement réagi. Sur Facebook, il indique que l’homme qui apparaît sur les images n’est pas un employé « mais un livreur Uber Eats ». Il assure aussi qu’une plainte va être déposée dans la journée « afin de faire en sorte que cela ne se reproduise plus »« Nous sommes tout aussi choqués que vous et condamnons fermement ce genre de propos qui va à l’encontre de la philosophie de notre restaurant », écrit aussi le Brasco.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici