L’arrivée massive des migrants donne du fil à retorde aux dirigeants européens. Après avoir joués les “mère Térésa” un moment, les gouvernements des pays de l’Union européenne ont dû faire face à l’intransigeance et au racisme de leurs populations.

[Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

Les réfugiés dérangent et font peur et les rumeurs qui vont bon train actuellement ne risquent pas d’arranger les choses. Depuis quelques semaines, les migrants sont accusés de viols et d’agressions sexuelles.
Selon les organisations des travailleurs sociaux allemands, un nombre croissant de femmes et de jeunes filles hébergées dans des abris pour réfugiés en Allemagne sont victimes de viols et seraient même forcées de se prostituer par les demandeurs d’asile de sexe masculin. Le manque de place des lieux d’hébergement a poussé les autorités allemandes à forcer les migrants hommes et femmes de partager les mêmes zones de couchages et les toilettes.

Des citoyennes allemandes disent aussi avoir été victimes de gestes indécents de la part de certains réfugiés durant les fêtes de fin d’année.
Une ambiance électrique qui a incité la chancelière Angela Merkel à revoir sa position sur l’immigration. Vendredi soir, la chancelière allemande s’est dite favorable à un changement de la législation et faciliter l’expulsion de demandeurs d’asile ou des réfugiés qui enfreignent la loi.
Jusqu’à présent, la loi impose une condamnation de trois ans de prison pour permettre l’expulsion d’un demandeur d’asile et seulement dans le cas où sa vie ou sa santé n’est pas menacée dans son pays d’origine.

Aujourd’hui, la donne est différente et Angela Merkel pose la question suivante : « quand perd-on son droit de séjour chez nous ?. Et là il faut se demander s’il ne faut pas le perdre plus tôt (que ce qui est prévu aujourd’hui), et je dois dire que, pour moi, il faut le perdre plus tôt », a-t-elle déclaré lors d’une réunion avec des responsables de son parti conservateur à Mayence (sud-ouest).
« Il faut le faire pour nous et pour les nombreux réfugiés qui n’étaient pas présents lors des événements de Cologne », a-t-elle ajouté faisant allusion aux événements survenus à Cologne la nuit de la Saint Sylvestre.

Si la question se pose aujourd’hui en Allemagne, c’est probablement à cause de la situation extrêmement tendue entre le gouvernement Merkel et la population allemande réfractaire à l’idée d’accueillir encore plus de migrants.
Ce fait divers va être certainement exploité pour se débarrasser de ces milliers de migrants décidément bien encombrants. D’ailleurs plusieurs autres pays européens ont bondi sur l’occasion pour pointer du doigt le comportement des réfugiés qui seraient à en croire les médias, des “animaux assoiffés de sexe”…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici