Le Maroc signe des accords pour atteindre la couverture sanitaire universelle d'ici 2022

La réalisation de la couverture sanitaire universelle est le premier volet de la feuille de route du Roi pour améliorer la protection sociale au Maroc.

Avec la signature récente de deux nouveaux accords de partenariat, le Maroc vise à atteindre une couverture sanitaire universelle d’ici 2022 et à promouvoir de bonnes normes et pratiques en matière de santé et de sécurité au travail.

Le ministère de la Santé, le Groupe interprofessionnel de développement et de sécurité (GIPSI) et la Fédération nationale de la santé (FNS) ont signé le premier des deux accords. Il vise à assurer la protection de la santé au travail au Maroc, en particulier dans les usines.

Khalid Missaoui, le vice-président du GIPSI, a déclaré que l’accord prévoit les conditions d’un travail optimal et d’une prévention sanitaire dans les usines.

Le président du FNS, Moulay Said Afif, a déclaré que la pandémie de COVID-19 a mis en évidence le rôle essentiel des usines dans la reprise de l’activité économique au Maroc. L’accord se concentre sur la santé au travail dans le contexte du COVID-19 et de l’impact de la pandémie sur l’économie marocaine.

La voie de la couverture sanitaire universelle au Maroc

La FNS a signé le deuxième accord avec l’Agence nationale d’assurance maladie (ANAM) sous l’égide du ministère de la Santé. L’accord vise à renforcer le dialogue interprofessionnel et les partenariats public-privé pour parvenir à une couverture sanitaire universelle d’ici 2022.

Le directeur général de l’ANAM, Khalid Lahlou, a déclaré que la convention relevait des instructions données par le roi Mohammed VI dans son discours de vendredi pour ouvrir le Parlement. Le monarque a appelé à la généralisation de la couverture médicale obligatoire pour tous les Marocains d’ici 2022.

Lahlou a déclaré que l’accord devrait renforcer le dialogue entre les secteurs public et privé de la santé pour réaliser la vision du roi pour la couverture sanitaire universelle au Maroc. Il a ajouté que l’accord entend renforcer la réalisation optimale des objectifs de la stratégie 2020-2024 de l’ANAM.

Le deuxième accord vise également à contribuer à la mise en œuvre de programmes de prévention et à l’organisation de l’offre de soins. Il le fait conformément à la politique générale du gouvernement et aux projets stratégiques de l’ANAM et en faveur de régimes d’assurance maladie obligatoire de base optimaux.

L’accord vise à réduire les coûts et à encourager l’utilisation de médicaments génériques afin de rationaliser les dépenses, selon le président de la FNS.

Le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb a déclaré qu’en rassemblant les systèmes de santé privés et publics, les accords «consolident les valeurs de solidarité et de confiance qui ont émergé en ces temps de pandémie», ont rapporté les médias d’Etat marocains.

Les parties concernées doivent unir leurs forces pour servir les citoyens marocains, a-t-il ajouté. Il a expliqué que cela ne peut être réalisé que si les deux parties se réunissent pour surmonter la «crise d’appartenance et d’action fragmentée» tout en adhérant aux projets du ministère de la Santé.

Toutes les parties prenantes ont souligné que les deux accords de partenariat, en tant que premiers du genre, contribueront à la mise en œuvre de la feuille de route du Roi Mohammed VI pour l’avenir du Maroc.

Plan de protection sociale du roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a appelé pour la première fois à des améliorations du système de protection sociale du Maroc dans son discours sur l’état de la nation de 2018, affirmant qu’il souffre de «services dispersés et d’une couverture inadéquate et n’est que modérément efficace».

Dans son discours du 21e jour du Trône le 29 juillet, le monarque a formellement demandé un changement au système.

«Le moment est venu de lancer un processus décisif pour l’extension de la couverture sociale à tous les Marocains dans les cinq prochaines années», a-t-il déclaré.

« L’accès universel à la couverture de la protection sociale devrait servir de levier pour l’intégration du secteur informel dans le tissu économique du pays. »

Le 9 octobre, le roi a prononcé un discours à l’occasion de la première session de la cinquième année de la 10e législature devant les membres des deux chambres du Parlement. Il a de nouveau appelé les décideurs marocains à donner la priorité à l’élargissement de la protection sociale.

«J’ai toujours cherché à faire en sorte que le progrès économique aille de pair avec le développement social et l’amélioration des conditions de vie des citoyens», a-t-il déclaré. « Pour cette raison, j’ai appelé à une couverture sociale pour tous les Marocains. »

Le premier des quatre éléments clés du «projet national de grande envergure et sans précédent» est la réalisation d’une «couverture sanitaire obligatoire universelle pour 22 millions de Marocains supplémentaires d’ici la fin de 2022, au plus tard».

La couverture devrait inclure le coût des médicaments, des médicaments, des hospitalisations et des traitements.

Les nouveaux accords sont les premières mesures tangibles prises par le gouvernement marocain pour concrétiser la vision du monarque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici