Ons Jabeur devient la première femme arabe à se qualifier pour les quarts de finale de l'Open d'Australie

Ons Jabeur a marqué l’histoire à Melbourne en devenant la première femme arabe à atteindre les quarts de finale. Selon les spécialistes, la Tunisienne a toutes les chances d’aller plus loin dans le tournoi alors que l’Open d’Australie entame sa deuxième semaine.

 

La nation nord-africaine n’a pas produit de champion masculin de classe mondiale de tennis mais à travers la joueuse de 25 ans, tous les espoirs sont désormais permis.

« J’essaie d’inspirer de nombreuses [des] jeunes générations à la maison, en Tunisie ou dans le monde arabe – en particulier en Afrique – ce qui est incroyable », a déclaré Ons Jabeur après avoir battu la 27e tête de série chinoise Wang Qiang au quatrième tour dimanche.

« Ce n’est pas impossible. Je l’ai fait. »

La Tunisie en effervescence

Le décalage horaire n’a pas empêché les Tunisiens de soutenir leur numéro 78 mondial.

Les locaux se sont levés très tôt pour suivre leur championne qui atteindra un classement dans le top 50, qu’elle perde ou non son quart de finale contre la 14e tête de série américaine Sofia Kenin.

Aucune femme arabe n’avait auparavant été classée aussi haut, donnant à Ons Jabeur – qui se décrit comme «un produit 100% tunisien» – une autre tranche d’histoire.

« Je reçois beaucoup de messages, en particulier [de] personnes se réveillant à 5 heures du matin pour regarder mon match », a déclaré la championne.

« Je suis vraiment fière. J’espère qu’ils pourront toujours me regarder et suivre plus, pas seulement dans les tournois du Grand Chelem mais dans les autres tournois.

« Ce sera vraiment incroyable. J’espère vraiment que je pourrai donner un bon exemple. J’espère que je pourrai faire plus ici. »

Ons Jabeur n’a jamais cessé de «rêver»

Il serait injuste de décrire les performances de la tenniswoman tunisienne à Melbourne comme un « conte de fées », car elle a un talent rare et a toujours beaucoup travaillé.

Ayant commencé le tennis à l’âge de trois ans, Ons Jabeur a été une star dans les rangs juniors et a remporté le championnat féminin à l’Open de France 2011, et bien qu’il lui ait fallu du temps pour s’installer dans sa carrière professionnelle, elle a terminé les trois dernières saisons classées dans le top 100.

Un premier titre du WTA Tour lui a échappé, mais elle a atteint  la finale à Moscou en 2018

« Il y a tellement de joueuses avec qui j’ai joué chez les juniors, je les vois [et] elles sont dans les 50 meilleures, les 20 meilleures. Mais mon jeu est différent. J’aime jouer différemment des autres filles.

« Je savais que ça allait arriver un jour. Je devais juste être patiente, y croire encore. Parfois, je perdais un peu espoir.

Mais j’ai une si bonne équipe derrière moi, ma famille. Je ne pouvais pas m’arrêter de rêver, donc je suis vraiment contente que ça soit arrivé cette année. »

La famille d’Ons Jabeur a été d’une influence stabilisatrice tout au long de sa carrière et son mari Karim Kamoun ne fournit pas seulement un soutien émotionnel, il agit également comme son entraîneur physique.

Elle avait hâte de parler à ses parents et à ses frères et sœurs après sa victoire sur Wang, malgré le fait qu’ils vivent dans différents pays à travers le monde.

« J’ai appelé ma mère tout de suite. Elle était vraiment très heureuse », a expliqué la joueuse.

«Mon père aussi. Je pense qu’il pleurait, je ne sais pas. Aussi mes deux frères… la famille, tout le monde était derrière moi. Ils ne pouvaient pas se rendormir, bien sûr.

« Mais je suis heureuse d’avoir ce soutien parce que nous avons traversé les temps. Maintenant, c’est finalement payant. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici