Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux Retraites et Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, animaient un débat avec avec des jeunes à Créteil dans le «cadre de la consultation citoyenne sur les retraites» ce vendredi.

Répondant à une question, Jean-Paul Delevoye a évoqué implicitement l’islamophobie ambiante en faisant un parallèle avec la méthode antisémite qui frappa la France à partir de 1880 et surtout dans les années 30, «la haine du musulman qui a l’époque était la haine du juif».

Le propos du haut-commissaire aux Retraites sont courageux à cette heure, n’oublions pas qu’il est membre du parti du président de la République, Emmanuel Macron, celui qui stigmatise ces derniers temps l’immigration et plus particulièrement les musulmans.

A une semaine d’une manifestation contre la réforme des retraites, Christophe Castaner a ce jeudi 28 novembre, mis en place la phase 2 de la séquence «#Signaleunmusulman», qui criminalise les musulmans, usant d’une rhétorique inconnue jusque-là.

Je suis très frappé par les réactions des populations européennes, puisque la démographie européenne et son vieillissement fait que si on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique, à moins que la machine remplace ça, il va falloir 50 millions de populations entre guillemets étrangères pour équilibrer la population active en 2050 en Europe.

Aujourd’hui, l’hystérie a gagné tous les politiques, tout le monde fait le procès de tout le monde. Notre démocratie vit des heures malsaines, des heures ou l’on cherche des boucs émissaires a jeter en pâture aux mécontents. Hier le juif, aujourd’hui le musulman, et demain qui ?

Il faut être islamophobe ou inculte pour refuser de voir que la haine du musulman répond à la même mécanique antisémite qui enferma la France à partir de 1880 et plus encore dans les années 30 dans une haine féroce du juif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici