Ah ! Il est loin le temps où notre Brigitte Bardot crevait l’écran avec sa petite moue coquine. Aujourd’hui la moue s’est métamorphosée en un rictus haineux à l’égard de l’Islam et des musulmans. L’ex actrice aigrie sans doute par un manque d’occupation a décidé de jeter son dévolu sur la communauté musulmane.
A commencer par les fêtes de l’Aïd Adha où l’égérie des années soixante ne rate pas l’occasion de fustiger l’abattage rituel en dénonçant les conditions « inhumaines » dans lesquelles seraient tués les animaux.

[Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

Etrangement, BB reste bien silencieuse durant les fêtes de fin d’année, quand les oies sont gavées jusqu’à plus soif pour aller garnir les assiettes de foie gras. Pas un seul mot non plus lors des différents scandales qui ont défrayé la chronique sur les chevaux découpés encore vivants ou les bovins mal étourdis suspendus par une patte et dernièrement les cochons gazés qui reprennent conscience au moment de l’abattage (enquête de l’association L214). Silence radio, car madame Bardot n’a rien trouvé à redire, ces histoires ne traitent pas de viande Halal.

Mais loin de se contenter de déverser sa bile pour dénoncer l’abattage rituel, l’ex comédienne vient de se trouver un nouveau cheval de bataille, celui d’attaquer le projet du groupe Bertrand qui est de lancer une chaîne Quick 100% Halal. Et BB n’y va pas avec le dos de la cuillère, puisque c’est à François Hollande lui-même qu’elle écrit pour le rappeler à l’ordre.

« C’est un scandale, une véritable prise en otage des consommateurs qui se verront imposer une viande issue d’animaux égorgés à vif, dans une ignoble souffrance, avec les risques sanitaires que l’on connaît ! », a –t-elle exhorté. Et l’ex égérie ne compte pas en rester là, elle est prête à mener sa croisade jusque devant la Commission européenne si d’aventure le président de la République est aux abonnés absents.
Sûre d’elle-même, Brigitte Bardot n’hésite pas à brandir l’article du règlement du Conseil qui donne la possibilité aux Etats membres de passer outre l’obligation d’étourdissement, mais seulement dans le cas où les animaux sont destinés aux fidèles de certains cultes religieux. « Si l’enseigne Quick devient 100 % Halal alors elle ne peut nullement bénéficier de cette dérogation, sauf à démontrer que ses clients sont 100 % musulmans pratiquants », explique-t-elle avec soin, encouragée par quelques «amis» musulmans pas du tout hostiles à l’étourdissement avant abattage.

« Il y a maintenant plus de dix ans, le recteur de la Grande Mosquée de Paris m’assurait que rien, dans le Coran, ne s’oppose à l’étourdissement des bêtes avant leur abattage. Depuis cette rencontre encourageante, je ne cesse de demander aux autorités de mon pays d’agir pour ne plus tolérer l’intolérable », ajoute-t-elle balançant allègrement ses «amis» musulmans.
« Nous n’allons pas débattre pendant des décennies encore de l’abattage rituel. Il n’a fallu que quelques semaines au ministre danois de l’Agriculture pour interdire, dans son pays, l’abattage des animaux sans étourdissement préalable… Qu’attend la France ? », fini-t-elle par conclure à court d’arguments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici