Vendredi noir - syndicalistes RATP et SNCF annoncent un « blocage total »

Alors que le trafic des métros parisiens a repris presque normalement lundi dernier après 48 jours de grève, certains pensaient que la tempête était passée… mais un nouvel appel à la grève nationale et interprofessionnelle a été lancée pour ce vendredi 24 janvier.

La journée de vendredi est considérée comme un jour historiquement noir dans les transports en commun. Les syndicats appellent à un « blocage total » de la capitale et sa périphérie.

La date n’a pas été choisie au hasard, puisque la mobilisation nationale coïncidera avec la présentation du projet de Réforme en Conseil des Ministres

 

« Nous devons continuer à montrer à ce gouvernement notre volonté à combattre cette réforme » a écrit le syndicat ce mardi 21 janvier, 

L’objectif du syndicat ? « zéro métro, zéro bus, zéro RER, les stations et gares fermées » 

Après six semaines d’un mouvement social inédit sous la 5ème République et après six journées de manifestations massives, aussi bien à Paris que dans les grandes villes françaises, la colère ne retombe pas contrairement à ce que donne à penser l’exécutif qui évoque « une grève sans issue ».

Ces derniers jours, on a assisté à une nouvelle intrusion au siège de la CFDT, mardi, à des coupures d’électricité dans plusieurs régions, à des « jeter de robes », noires pour les avocats et blanches pour le personnel médical, à des « jeter de manuels scolaires » par-dessus les grilles du rectoral dans plusieurs grandes villes de France, comme à Clermont-Ferrand ou à Créteil…

Les avocats grévistes (ils sont 70.000 en France) perturbent sérieusement les audiences dans toutes les juridictions. Les dockers bloquent les ports de Calais, Dunkerque, Le Havre, Nantes, La Rochelle, Marseille. Les enseignants refusent de faire passer les épreuves communes de contrôle continu (E3C) dans le cadre de la réforme du bac dans de nombreux établissements. Perturbations également à la Banque de France où des centres fiduciaires sont bloqués, avec pour conséquence le risque d’une pénurie de billets de banque dans les distributeurs automatiques résume le journal l’Info du Jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici