La maire de Paris, Anne Hidalgo n’a pas ménagé ses efforts devant la détresse des réfugiés, plusieurs dizaines de familles ont été accueillies et logées par la mairie. Apparemment très affectée par le drame de ces familles, la maire a été jusqu’à publier un tweet de bienvenu en français, anglais et arabe.
Marine le Pen qui, dans sa grande mansuétude, n’est pas vraiment ravie de cet arrivage de migrants, fulmine à l’idée que d’autres puissent s’émouvoir, voire se réjouir de cette nouvelle vague migratoire.

Alors pour se démarquer de la générosité collective qui semble avoir touché une partie de la classe politique, elle a répondu au tweet de la maire de Paris en lui conseillant de « porter le voile », quitte à aider les migrants autant leur ressembler, semble-t-elle vouloir dire.
Car ce qui a du mal à passer dans le tweet d’Anne Hidalgo c’est surtout d’avoir utilisé l’arabe, une langue qui a pour effet de provoquer un haut le cœur à Marine.

[Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

Loin de se préoccuper du qu’en dira-t-on, Marine qui était invitée ce 15 septembre sur France Inter, persiste et signe « À partir du moment où elle fait un tweet en arabe, je me dis que la tradition d’accueil va extrêmement loin ». « Elle fait un tweet où il y a une image, il y a ‘bienvenue’ en français, en anglais et en arabe et je trouve que de la part de la maire de la capitale française, c’est extrêmement choquant », s’est-elle offusquée.

Anne Hidalgo, loin de se laisser déstabiliser par l’attaque virulente de la présidente du Front National, lui a répondu sur un ton moqueur : « J’aggrave mon cas. J’ai même fait un an d’arabe dialectal à la fac. Stop au racisme et à la xénophobie du FN ». Profitant de l’occasion elle a ajouté un autre tweet exhortant les parisiens à soutenir les réfugiés sur jemengage.paris.

La président du FN qui ne manque décidément pas d’aplomb, justifie sa haine du migrant en invoquant les invasions du IVe siècle, qui ne représentent dit-elle qu’« une toute petite minorité », et que « chacun a de bonnes raisons de fuir la guerre mais il y en a aussi qui combattent. Pendant la Seconde Guerre mondiale il y avait sûrement énormément de Français qui avaient de bonnes raisons de fuir les Allemand et pourtant ils sont allés se battre », a-t-elle dit, ajoutant fièrement « Si j’étais habitante d’un pays en guerre, je me battrais, comme beaucoup de Syriens le font, qui ne partent pas ».
Mais madame Le Pen n’a jamais été confrontée à la guerre alors il est d’autant plus facile de dénigrer ceux qui en sont les victimes innocentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît tapez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici